TDAH et pensée compulsive d’homophobie : que faire ?

Le TDAH communément appelé trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité est une affection agissant sur le neuro-développement.

Elle se manifeste généralement par des problèmes de concentration, d’attention et de gestion de l’impulsivité.

Il peut arriver que chez certaines personnes, cette maladie s’associe à des pensées compulsives d’homophobie.

TDAH et pensée compulsive d’homophobie que faire

Découvrez ici comment traiter les troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité et éviter les pensées compulsives d’homophobie.

Le traitement du TDAH

Le traitement du trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité se fait généralement par psychothérapie, par rééducation ou par guidance des parents.

Au cas où ces méthodes seraient insuffisantes, il est possible d’ajouter des médicaments psychostimulants au traitement.

Vous aurez plus d’infos sur education.fr concernant le sujet.

Le traitement du trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité est pluridisciplinaire.

Pour que le traitement soit efficace, il est recommandé de commencer la prise en charge dès l’apparition des premiers signes.

D’un cas à l’autre, le traitement fait généralement intervenir des pédiatres, des psychiatres, des psychologues, des psychomotriciens, des orthophonistes et parfois des assistants sociaux.

Même si à ce jour il n’existe aucun traitement spécifique pour la prise en charge du TDAH, une combinaison de plusieurs traitements peut permettre de réduire autant que possible ses symptômes.

Cela permettra également d’atténuer ses conséquences sur le développement de l’individu ainsi que sur ses relations avec son entourage.

Le traitement du trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité débute toujours par une prise en charge non médicamenteuse.

Cette prise en charge a pour but d’accompagner aussi bien l’enfant atteint de TDAH que ces parents.

La guidance des parents

Pour traiter le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, il est important de commencer par la guidance des parents.

Cette étape a lieu soit auprès des spécialistes qui s’occupent de l’enfant ou durant des sessions spécifiques de programme de guidance parentale.

La psychothérapie

La psychothérapie est une forme de thérapie comportementale et cognitive qui agit particulièrement sur les pensées et sur les comportements de l’enfant malade.

L’objectif est de modifier les comportements de l’enfant en lui apprenant de nouvelles manières de se comporter.

La psychothérapie utilise une technique de résolution de problème qui aide l’enfant à réfléchir autrement, sans impulsivité et sans violence pour résoudre ces problèmes.

Au cours d’une psychothérapie, il est important d’encourager l’enfant souffrant de TDAH en lui fessant des cadeaux au fur et à mesure que ses comportements changent.

La rééducation des troubles associés

La rééducation est généralement utilisée pour le traitement des troubles du langage ou des troubles logico-mathématiques.

Les rééducations ont souvent lieu lors de séances d’orthophonie.

La thérapie familiale

L’objectif de cette thérapie est d’aider les parents à pouvoir comprendre et à gérer les comportements de leur enfant.

Elle aide l’enfant dans son processus de changement comportemental en se focalisant sur une dynamique familiale.

Comment agir contre les pensées compulsives d’homophobie ?

Les pensées compulsives d’homophobie nous poussent généralement à avoir peur ou à ressentir du dégoût pour homosexualité.

C’est une sorte de racisme orienté vers des personnes soupçonnées d’homosexualité.

Les pensées compulsives d’homophobie peuvent pousser certaines personnes à faire preuve de violence envers ceux qui ne répondent pas aux normes de masculinité ou de féminité définie par la société.

L’homophobie est une discrimination qui s’observe à tous les niveaux dans la société.

Il peut même arriver d’observer des cas d’homophobie au sein des individus d’une même famille.

Les incidents à caractère homophobe poussent généralement les gens à avoir une mauvaise estime d’eux-mêmes.

Il peut également arriver qu’elles soient à la base de troubles anxieux et même d’idées suicidaires.

En conclusion, il est important de travailler sur le comportement des enfants depuis le bas âge afin de leur apprendre à aimer chaque personne malgré ces différences.

Les pensées compulsives d’homophobie viennent de la société et de ce qu’elle nous enseigne.

Il faut donc faire preuve de bon sens et éviter de porter des jugements actifs sur les personnes différentes.


Articles connexes :

Quelles sont les causes de la maladie bipolaire ?

TOC et voix dans la tête qui me dit que je suis gay : que faire ?